Les Monastères du Kosovo--et- Métochie

Au XIVe siècle, Le Kosovo-et-Métochie était le cœur politique et spirituel de la Serbie médiévale. C’est à cette époque que le roi serbe Milutin fit ériger, sur ce territoire relativement limité, plus de 40 monastères, construits par les meilleurs architectes et bâtisseurs byzantins.L’influence de l’art byzantin est visible dans l’architecture, mais aussi à l’intérieur des églises, sur les fresques qui font l’admiration des visiteurs et des experts depuis des siècles. C’est ici que vous pouvez contempler les chefs-d’œuvre de la peinture de fresques serbe et mondiale.En raison de la grande valeur culturelle et historique de ces magnifiques monuments et du trésor qu’ils contiennent, les monastères de Dečani, de Gračanica, le monastère patriarcal de Peć, l’église de la Vierge de Leviša à Prizren sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. 

Gračanica

Le monastère de Gračanica est considéré comme un des plus beaux monuments de l’architecture médiévale serbe, il est connu pour ses proportions harmonieuses et ses imposants murs en pierre taillée et en brique. La seule église de ce complexe monastique, sauvegardée jusqu’à nos jours, est dédiée à l’Annonciation.Les façades somptueusement décorées de briques et de pierres impressionnent, dès le premier regard, par leur caractère solennel et monumental. Cinq coupoles sont placées sur les éléments porteurs de tailles différentes, et cela fait bien ressortir, à la verticale, le plan en croix de l’église.Les fresques de Gračanica ont été peintes dans le style de l’art serbe et byzantin de la première moitié du XIVe siècle et sont très bien conservées. Riches en détails et d’une beauté magique, ces fresques représentent les personnages historiques de l’époque. À l’entrée de l’église, vous trouverez les portraits des ktitors (donateurs) de l’église- le roi Milutin et son épouse Simonida- peints en couleurs claires, contrastant fortement avec le fond bleu sombre. C’était la première fois que les membres de la dynastie Nemanjić étaient représentés dans les monastères.

Le monastère patriarcal de Peć

Aux alentours de la ville de Peć, vous trouverez le monastère patriarcal de Peć, un grand complexe monastique comprenant quatre églises mitoyennes, ce qui rend l’ambiance de ce lieu unique.La plus ancienne église, l’Église des Saints-Apôtres, a été érigée durant la troisième décennie du XIIIe siècle, quand elle est devenue le nouveau siège de l’Archéparchie serbe. L’Église Saint Dimitri, l’église Notre-Dame et la petite église Saint-Nicolas ont été construites au début du XIVe siècle.Sur les murs des églises de Peć, on peut découvrir toute l’histoire des différents styles de la peinture de fresques au Moyen-âge. Les fresques du monastère patriarcal de Peć ont été créées du XIVe au XVIIIe  siècle. Les fresques de l’église Saint Dimitri, caractérisées par un grand nombre de détails, ont été peintes au XIVe siècle. À l’entrée de l’église vous verrez les portraits des membres de la dynastie Nemanjić- motif récurrent dans les monastères serbes médiévaux. Cette église contient aussi un trésor avec icônes, livres manuscrits et autres objets précieux. C’est là qu’a eu lieu le couronnement du roi Dušan, le plus puissant des souverains serbes, sous le règne duquel l’état médiéval serbe a connu son apogée.

 

Dečani

Non loin du monastère patriarcal de Peć se trouve le monastère de Dečani, le plus grand édifice religieux de la Serbie médiévale. Stefan Uroš III Dečanski l’a fait ériger au XIVe siècle, et il a servi d’église et de mausolée familial.
La structure de base d’un temple byzantin a été agrémentée d’une façade romane- faite de couches successives de marbres jaune pâle et violet-rouge ornée de sculptures à profusion. On reconnaît facilement cette église grâce à sa coupole d’une hauteur imposante de 28 mètres.
Au Moyen Âge, ce monastère était un refuge pour les savants et les artistes qui y ont peint plus de mille figures  et scènes de l’histoire chrétienne réparties en plus de 20 cycles, comprenant aussi les portraits des ktitors et d’autres membres de la dynastie Nemanjić.L’église de Dečani est une des rares églises serbes où l’iconostase originale en pierre est conservée, avec ses icônes datant du XIVe siècle. Le trésor monastique contient environ 60 icônes réalisées entre le XIVe et le XVIIe siècle et de nombreux livres manuscrits ainsi que d’autres objets précieux.

L’Église de la Vierge de Leviša

L’église de la Vierge de Leviša a été érigée au XIVe sur les fondements d’une église du XIIIe siècle par le roi Milutin. L’architecte de l’église, le maître d’ouvrage Nikola, a intégré les restes de l’ancienne église à trois nefs au nouveau temple à base en croix afin de construire un monument à cinq nefs bâti en couches successives de briques et de calcaires.
L’importance du patrimoine artistique de cette église est évidente dans deux séries de fresques témoignant du développement de la peinture médiévale. Trois fresques conservées du XIIIe siècle (Les Noces de Cana, Guérison d'un aveugle-né et La Vierge avec Jésus, le nourrisseur) impressionnent par la force de leurs couleurs et le format grandiose de leurs compositions.
Dans la deuxième série de fresques, réalisées entre 1310 et 1313, on distingue particulièrement les portraits de la famille Nemanjić et des ktitors, pour leurs dimensions exceptionnelles. La multiplication du nombre de personnages, l’importance du symbolisme, de l’allégorie et de la personnification mettent en évidence le changement de style survenu au XIVe siècle dans la peinture de fresques médiévale.En raison de sa grande valeur culturelle, le monastère de la Vierge de Leviša est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco

Devič

Selon la légende, Devič a été fondé par le despote Đurađ Branković dans la première moitié du XVe siècle à la mémoire de sa fille-pucelle. Ce monastère a été rénové et reconstruit à plusieurs reprises, malheureusement la seule partie conservée de ce complexe monastique original est l’église à voûte semi-cylindrique qui abrite la dépouille de Saint Ioaniki Deviči.
Saint Ioaniki est immortalisé sur une des plus anciennes fresques du monastère.
Les murs de Devič sont ornés de trois couches de fresques, dont les plus anciennes datent de la deuxième moitié du XVe siècle, et les plus récentes du XIXe siècle. Pendant le XVIe et le XVIIe siècle, Devič a été la résidence des scribes hautement appréciés qui copiaient les manuscrits ecclésiastiques.

Banjska

Le monastère de Banjska a été fondé par le roi serbe Milutin au XIVe siècle pour lui servir de fondation et de mausolée. Les murs extérieurs de Banjska sont faits d’imposantes pierres taillées de marbres blanc et rouge et de serpentine grise. La décoration architecturale, particulièrement somptueuse sur le mur droit, représente une synthèse entre l’art byzantin et roman.
La majorité des ornements et des petites sculptures ne sont plus au monastère. C’est ainsi qu’une des mieux conservées représentant la Vierge avec l’enfant Jésus dans les bras se trouve dans l’église du village voisin de Sokolica.

Actualités

Abonnez-vous

Bulletin de l’Office du Tourisme de Serbie