Autres monastères

Par leur grande diversité de styles architecturaux et architectoniques, les monastères médiévaux, éparpillés dans toute la Serbie, témoignent des différentes influences auxquelles l’architecture et l’art serbes ont été soumis, comme l’État serbe lui-même.Pendant des siècles, les monastères ont représenté le centre de la vie culturelle et historique. C’est là qu’ont été couronnés et enterrés les souverains serbes, et c’est en leur sein que se sont développés imprimeries et écoles, ainsi que de nombreux ateliers d’art.

Fenek

Bien que mentionné pour la première fois au XVIe siècle, ce n’est que deux siècles plus tard que le monastère de Fenek s’est assuré une place dans l’histoire serbe, en devenant centre de rassemblement des exilés politiques serbes. Le monastère a acquis sa forme actuelle après une grande restauration effectuée à la fin du XVIIIe siècle.
L’église dédiée à Sainte-Parascève se présente comme un édifice à nef unique comportant une abside semi-circulaire et des chœurs rectangulaires, il est surmonté d'un dôme octogonal. Le frontispice occidental, avec tous ses ornements, est mis en valeur par un clocher à trois étages, construit dans le style baroque.
Près du monastère se trouve une chapelle ovale datant de 1800, qui, d’après la légende, a été bâtie au-dessus d’un puits miraculeux dont les eaux étaient réputées pour guérir de nombreuses maladies.

Rakovica

C’est dans la municipalité belgradoise de Rakovica qu’est situé le monastère du même nom, édifié au XVIe siècle. Détruit et restauré plusieurs fois, il doit son aspect actuel à la famille royale serbe des Obrenović qui l’a restauré au XIXe siècle.Dans la cour du monastère ont été enterrées de nombreuses célébrités de l’histoire serbe – le voïvode Vasa Čarapić, le général Milivoje Blaznavac, le patriarche serbe Pavle, c’est là aussi que se trouvait le caveau familial de Jevrem Obrenović, frère cadet de Miloš Obrenović.

Pokajnica

Non loin de Velika Plana est située l’église Pokajnica, construite en 1818. Son fondateur, le prince Vujica Vuličević a joué un rôle important dans l’organisation de l’attentat contre son parrain Karađorđe, chef du Premier soulèvement serbe. Pour soulager sa conscience, loin du lieu du crime, il a fait construire l’église Pokajnica (Contrition) – symbole de son remords d’avoir participé à ce crime abominable.Cette très intéressante église en bois, construite avec des poutres de chêne, est couverte d'une très haute et impressionnante toiture conique. À proximité de cette église de Velika plana se trouvent aussi un clocher en bois et un konak.

L’église Saint-Nicolas à Pribojska banja

Le complexe du monastère est composé des églises Saint-Nicolas, Saint-Élie et de la plus petite, l’église de l'Assomption. Construite en forme de croix, avec deux coupoles et un vaste portique ouvert, l’église Saint-Nicolas est mentionnée pour la première fois au XIIe siècle.
L’église Saint-Nicolas telle que nous la connaissons aujourd'hui a été construite en 1329 par le roi serbe Stefan Dečanski, et a été restaurée, vers 1570, à la suite des destructions causées par l’armée ottomane. C’est là que se trouvent les tombes des membres de nombreuses familles nobles, et deux couches de fresques datant du XIVe et du XVIe siècle témoignent des destructions et des restaurations du monastère au fil des siècles.

Mileševa

Le monastère de Mileševa a connu la gloire mondiale grâce à la fresque l’Ange blanc (Beli anđeo) – sa photographie, diffusée lors de la première transmission vidéo satellite en 1963, a alors été « envoyée » par l’Europe outre Atlantique. Plus tard, c’est le même signal qui a également été envoyé dans l’espace.
Le monastère de Mileševa a été édifié par le roi Vladislav Nemanjić au XIIIe siècle. Depuis cette époque, et jusqu’à nos jours, Mileševa représente un des centres spirituels et artistiques les plus importants du peuple serbe. Le monastère a acquis une immense popularité suite au transfert des reliques de Saint-Sava de Trnovo à Mileševa, en 1236.
C’est sous les voûtes de ce monastère que Tvrtko Kotromanić a été couronné roi de Bosnie et de Serbie. C’est en ce même lieu qu’en 1446, le titre de herceg (duc) a été décerné à Stevan Vukčić Kosača.
Pendant le XVIe siècle, le monastère disposait d’une imprimerie dans laquelle les livres liturgiques étaient imprimés. L’église est décorée de chefs-d’œuvre de l’art serbe, des fresques peintes sur un fond doré éblouissant, qui sont pleines de vie et qui symbolisent la crucifixion.
Outre l’Ange blanc, sur les murs du monastère de Mileševa les visiteurs peuvent admirer les portraits de la dynastie régnante des Nemanjić, qui ont une valeur artistique et documentaire considérable.

Le monastère Saint-Nicolas à Kuršumlija

Situé à Kuršumlija, le monastère dédié à Saint Nicolas est le premier monastère de Serbie possédant une école de copie.
Ce lieu saint, datant du XIIe siècle, a été édifié par le grand župan (comte) Stefan Nemanja qui, dans l’enceinte du monastère, avait réservé un espace à la sépulture du ktitor (fondateur).
Son fils Stefan Prvovenčani a fait bâtir le porche extérieur surmonté de deux tours, entre lesquelles se trouve une galerie couverte. Il ne subsiste plus qu’une seule tour et la partie centrale de l’église.
Il est intéressant de savoir que c’est dans ce monastère qu’ont été bénis les premiers fidèles, après la reconnaissance de l'autocéphalie de l'Église orthodoxe serbe au XIIe siècle.

Poganovo

Le monastère de Poganovo, dans le sud de la Serbie, a été édifié par l’un des derniers nobles serbes du XIVe siècle, Konstantin Dragaš. Construit en moellons et en briques, il est spécifique en raison du passage de la base carrée à l’anneau circulaire pour soutenir la coupole. La vaste galerie précédant la coupole a été ajoutée au bâtiment existant au XIXe siècle alors que les fresques du monastère, bien conservées, ont été réalisées dès le XVe siècle, témoignant bien du talent des grands maîtres du Moyen-âge.

Prohor Pčinjski

Romain Diogène a fait construire le monastère de Prohor Pčinjski en l’honneur du saint qui lui avait prédit qu’il deviendrait empereur de Byzance. L’édifice d’origine avait été érigé au XIe siècle sur la tombe de Saint Prochore et a été détruit et reconstruit plusieurs fois.
L’église du monastère a été restaurée au XIVe siècle par le roi Milutin, tandis que l’église à plusieurs coupoles, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a été édifiée en 1898.
La plupart des fresques de Prohor Pčinjski datent du XVe siècle, alors que, côté sud du monastère, vous pourrez voir des fresques riches en couleurs peintes au XVIe siècle par les peintres formés dans l’atelier-même créé par le monastère à l’époque. Dans l’enceinte de cet imposant complexe monastique, vous trouverez également deux konaks et une cour bien aménagée, ce qui en fait un lieu d’excursion idéal.

Actualités

Abonnez-vous

Bulletin de l’Office du Tourisme de Serbie