La Ville de l’Empereur / Caričin grad

L'empereur romain Justinien Ier, né dans le sud de la Serbie, souhaitait construire une ville dans sa région natale qui porterait son nom. Ainsi, au 6ème siècle de notre ère a été fondée Justiniana Prima, l'une des plus importantes villes byzantines des Balkans.

Connue aussi sous le nom de Caričin Grad, de par la rivière proche nommée Caričina, elle a été édifiée sur un plateau en terrasses à l’embouchure des deux rivières. La ville de Justiniana Prima est située sur des pentes douces qui descendent du mont Radan jusqu'au bassin de Leskovac, en dehors des routes principales. Les vestiges de pas moins de 10 églises néo-chrétiennes (basiliques) se trouvant sur toute la localité confirment le statut de Caričin grad en tant que centre religieux de la totalité du nord de l’Illyrie. La visite du site entouré de murs vous mènera à traverser trois environnements distincts : l’Acropole, la Haute et la Basse-Ville.
Sur l’Acropole, la partie qui a été construite en premier, vous verrez les restes de la grande basilique et du palais épiscopal. Juste derrière l'église se trouvent les vestiges d’un grand bassin taillé dans la pierre, alimenté en eau par un aqueduc de 16 km de long qui serpentait jusqu’ à la montagne de Pierre. Dans un forum de forme circulaire se tenant sous ce complexe se trouvait autrefois la statue monumentale en plaqué or du fondateur de la ville. On ne retrouve de nos jours que les restes de l'église avec une mosaïque en neuf teintes. Les vestiges de la basilique de la ville-basse sont ornés du monogramme de l'empereur Justinien. Non loin des remparts de la ville de l’Empereur se trouvent les vestiges de stations thermales romaines.
L’année 615 est prise comme la date du début du déclin du pouvoir de la Ville de l'empereur. Les fréquentes frappes des Avares et des Slaves ont donné lieu à l’exode de la population locale. Il est dit que soit le feu ou soit une coupure durable de l’approvisionnement en eau lors des hostilités ont entrainé la fuite des derniers habitants de cette ville autrefois si puissante.
Les restes des remparts et de rues, les nombreuses basiliques et les bâtiments publics et privés, ainsi que les systèmes d’alimentation en eau, les piscines et les thermes vous permettront d’imaginer au mieux l’apparence de cette ville somptueuse qui représentait jadis l’un des bastions de la civilisation gréco-romaine.

Actualités

Abonnez-vous

Bulletin de l’Office du Tourisme de Serbie